L'histoire de Kawasaki

L'histoire de Kawasaki

L'histoire en vidéo (ou en texte un peu plus bas)

 Le commencement

L'histoire de Kawasaki remonte à 1878, donc c’est quand même assez vieux hein, lorsque Shozo Kawasaki fonde Kawasaki Tsukiji Shipyard dans la ville portuaire de Tokyo, au Japon.

À ses débuts, l'entreprise se concentre sur la construction navale et devient rapidement reconnue pour son savoir-faire et sa qualité de fabrication. Sa première œuvre est un petit bateau de 80 tonnes nommé le Hokkai Maru. Elle devient une société anonyme le 15 octobre 1896 et prit le nom de Kawasaki Dockyard Co., ltd. Voilà donc fin des années 1800 c’était un bateau Kawa que vous pouviez avoir, bon c’est un autre style et d’autres sensations mais pourquoi pas.

L'ère de la reconstruction après-guerre 

Bon alors maintenant on va faire un gros saut dans le temps, je vous épargne tout ce qu’il s’est passé entre temps parce que ça ne concerne pas la moto puisqu’on va arriver en 1949, juste après la Seconde Guerre mondiale durant laquelle Kawa aura participé à la fabrication de 20 000 avions, 20 porte-avions, 30 cuirassés et 250 sous-marins.

Mais après la guerre et la défaite du Japon, Kawasaki se lance dans la production de motos et commence d’abord par fabriquer un moteur nommé KE. Ces moteurs équipes les Meihatsu B7 mais Kawasaki finira par racheter la marque de moto Meguro et c’est en 1962 que la toute première « vraie » moto entièrement conçue et construite et estampillée Kawasaki voit le jour et c’est la 125 B8 2-temps qui est dérivée de la Meihatsu B7.

Une moto qui a bénéficié du travail effectué par la marque dans le domaine aéronautique ; le logo sur le réservoir portait d’ailleurs cette inscription : « Kawasaki Aircraft ». La B8 met à mal la concurrence, en partie grâce à sa transmission à 4 rapports mais aussi par ses suspensions. La déclinaison "B8-Motocross" remportera les 6 premières place du championnat Motocross japonais en 63. L'ancêtre des KX était née.

Les années 1960-70

Nous sommes donc maintenant début des années 60 et le rachat de la marque Meguro a offert à Kawasaki une moto, la K1 avec un bi-cylindre de 500cc, moteur qui est une copie d’un moteur BSA pour l’anecdote, et cette moto donnera naissance à la série des motos W, qui existe encore d’ailleurs comme vous devez le savoir, avec la W800

Malgré une augmentation de la cylindrée, on passe à 624cc et l'ajout d'un second carburateur, les ventes restent décevantes et les lignes jugées trop classiques pour l'époque vont nettement ralentir le succès commercial de l'engin.

Cependant, la compétition démontre l'incontestable efficacité des 2 cylindres en ligne deux temps à distribution rotative et c'est tout naturellement que les bureaux d'études vont poursuivre leurs recherches dans cette voie.

Et donc en 66 la A1 Samouraï apparaît, donc avant les Ninja on a eu les Samuraï c’est intéressant. Ce twin deux temps de 250cc se fait tout de suite remarquer par sa modernité mécanique, la qualité de sa finition et surtout ses performances qui lui assurent un succès immédiat. Les twins de la série A seront d'ailleurs les premiers succès commerciaux de Kawasaki aux USA.

Le marché Européen se montre quant à lui plus réticent mais Kawa créera en 1971 la fameuses Coupe Kawasaki qui reste la première coupe de marques et qui sera disputée aux guidons d'Avengers.

En 1969 la marque sort la H1 et Kawa affiche clairement ses ambitions sportives avec son 500cc, 3 cylindres qui développe 60cv. Elle fut surnommée “moto ayant la plus forte accélération au monde”, elle parcours le 400 mètres en moins de 13 secondes et c’est avec cette moto et plus précisément la H1R que Kasawaki remportera sa 1ere course de moto GP en 1971 au GP de Barcelone avec Dave Simmonds à son guidon.

Et d’ailleurs en parlant de course, en 1969, circuit de Daytona, Kawasaki surprend tout le monde en présentant des motos de couleurs vertes, et plus précisément le lime green.

Et pourquoi tout le monde était surpris me demandez-vous ? Eh bien le vert a été une couleur synonyme de malheur et de malchance pendant longtemps, une superstition qui nous viendrait du théâtre, je vous laisse vous renseigner si ça vous intéresse ou nous mettre la réponse en commentaire si vous l’avez, afin d’éclairer nos lanternes.

Et donc à l’époque, avoir des motos vertes ça flashait pas mal au milieu du gris du rouge ou du noir. Voilà maintenant vous savez d’où vient le vert Kawa et son fameux Green Racing. Après bon, ce vert, c’est pas toujours l’extase hein, il faut l’avouer. J’ai eu une Kawa tient d’ailleurs, une Versys X, moto très sympa au passage, mais surtout changer la selle hein et cette Versys j’étais bien content de l’avoir en grise et pas en verte, parce que je la trouvais bien moche, bon après c’est mon avis hein.

Mais en parallèle de tout ça, Kawa travaillait sur un projet secret depuis 6 ans répondant au nom de Beefsteak de New York, euh alors ça c’est pas une blague, c’était le vrai nom, le projet n’est rien d’autre qu’une nouvelle moto qui devait révolutionner le marché MAIS ils se font coiffer au poteau par Honda qui présente en 69 sa CB 750 avec ses 4 cylindres en ligne.

Kawasaki un peu vexé abandonne son projet de 750cc pour directement sortir une moto de 900cc et on parle bien évidemment de la Z1. Moteur 4 temps, double arbre à came en tête, 4 sorties d’échappements, 80cv, une Vmax à 190km/h, cette moto stupéfait tout le monde, les journalistes comme le grand public, elle détrône instantanément la CB 750 et elle a même failli enterrer les motos anglaises et italienne qui souffraient énormément de la concurrence japonaise.

Grâce à cette moto la saga Kawasaki est lancée et la marque devient un acteur sérieux sur le marché de la moto.

Et durant les années 70 Kawasaki sortira la KL250 qui donnera naissance un peu plus tard à la KLR, 1973 la première KX apparait et lancera une longue série de victoires en motocross avec plus de 720 victoires à ce jour et d’ailleurs la KX a fêtée ses 50 ans l’an dernier, et en 1977 sortira la Z650 qui sera surnommée le prince des princes en écho à la Z1 qui avait surnommée le roi des rois. Là encore Kawa tape fort, maniabilité d’une 500 avec les performances d’une 750, ce modèle sera lui aussi un succès.

Les années 80

On arrive dans les années 80 et Kawa nous sort une nouvelle dinguerie à savoir la GPZ 900 R Ninja. Kawa inaugure le refroidissement liquide, moteur 16 soupapes, 115cv elle peut atteindre les 241km/h, un look considéré comme sportif pour l’époque même si aujourd’hui on pourrait presque la considérer comme une routière, visuellement j’entends.

Alors, comme vous le savez très certainement, c’est le modèle qui a été utilisé dans TOP GUN en 1986 et comme je sais que vous aimez les anecdotes pour briller en société, en voici une.

Donc le film a été produit par Paramount, et c’est eux qui ont décidés que ça serait ce modèle qui serait dans le film. Donc très naturellement ils vont voir Kawa on leur disant, “hey on va faire un gros film avec Tom Cruise, donnez nous 2 motos svp” et Kawa a dit “eeeeeeuuuuh non” bon, je ne sais pas pourquoi. Du coup, la Paramount a quand même gardé le modèle mais ils les ont achetées et peut-être que certains avaient remarqués mais, si vous regardez bien, la moto est débadgée, c’est-à dire qu’on ne voit pas la marque sur la moto et même la peinture, n’est pas de série, ce rouge et noir là, c’est que pour le film. Voilà, de rien c’est cadeau

Et avec cette moto, c’est la fameuse série de moto Ninja qui est lancée.

Bon qu’est-ce qu’on a eu d’autre aussi dans les années 80 ? Ah oui, une collaboration, vous connaissez Lamborghini j’imagine ? Eh ben voilà, la Design 90, c’est une Kawa avec un skin Lamborghini, ils prévoyaient d’en vendre une cinquantaine, ils en ont vendus 6.

Années 90 

Alors, on est maintenant début 90, alors qu’est-ce qu’on dans les années 90, ah ben si, la ZZR1100 qui sera déclinée en 600, 400 et 250.

Ah tiens, encore un modèle qui va finir dans un film connu, eh oui, on retrouve la 250 dans Kill Bill au couleur de la fameuse combinaison du personnage que joue Uma Thurman.

Pour le reste des années 90 hormis la ZX-6 et 7R qui seront à nouveau des exemples de la maitrise de Kawa des motos dites sportives, on se contentera de raviver le souvenir des anciennes gloires avec la Zephyr qui reprend les lignes des séries Z, la VN qui reprend l’esprit de la Vulcan 700 sortit en 1984 et la W650 qui est la continuité naturelle de la série W.

Années 2000 :

Et c’est tout naturellement que nous arrivons début des années 2000 et là, Kawa met les 2 pieds dans le plat sans hésitation, en ravivant officiellement la gamme Z avec la Z750 et Z1000 qui seront des énormes succès commerciaux et modèles sur lesquelles Kawa va longtemps surfer en terme de design et d’esprit, d’ailleurs quand on regarde l’évolution des Z depuis, je trouve qu’elles ont très peu changées, bon encore une fois, quand on a trouvé le bon filon, pourquoi creuser à côté ?

Dans les années 2000 on verra aussi l’apparition d’une moto particulière pour moi, car il s’agit de la ER-6N et F, moto sur laquelle j’ai passé le permis, en full puisque le permis A2 a été mis en place pendant que je passais le permis et du coup je me suis retrouvé avec le A2, bon, ça s’est une autre histoire.

Mais les années 2000 c’est aussi le retour de la ZZR et notamment la ZZR 1400 après en face y’avait une certaine Hayabusa qui se la racontait un peu et vu qu’on était en mode concours de kiki, ben fallait bien une réponse. 4 cylindres, 16 soupapes, 1352cc, 197cv, 300kmh et même 328 kmh lors de certains essais.

Ah ben non, on va pas s’arrêter là quand même, ça serait dommage. Du coup on arrive direct en 2015, et y’a bien une lettre chez Kawa à laquelle on n’a pas redonné vie et oui la série H revient avec notamment la H2R, la plus dingue de toutes les dingueries, 326cv un design des plus agressifs, et un record, un record de malade par le pilote Kenan Sofuoğlu, le 0 à 400 en 26 secondes. Un avion de chasse cette moto !! Ouais je sais vous me voyer venir, Top Gun 2, Tom Cruise est forcément sur une H2, il semblerait que cette fois-ci Kawa est fourni les motos, en revanche pas de peinture perso ou de ptits autocollants pour personnaliser la moto, on est sur le modèle Carbon édition limité 2019, une histoire qui se finit bieng.

Fin 

Et depuis, Kawasaki c’est une gamme assez complète, avec les Versys qui ont vu le jour en 2007, la vulcan qui est toujours au catalogue, les Z et notamment la Z650RS que j’aime beaucoup, touuuuuutes les ZX, les KX et des innovations, avec l’arrivée des motos hybrides, je ne sais pas ce que ça donnera seul l’avenir nous le dira !

 

Retour au blog

Laisser un commentaire